Menu Fermer

Les Plumes Tourangelles

Les Plumes Tourangelles est un salon littéraire qui a lieu fin novembre en Indre-et-Loire dans le petit village de la croix en Touraine. Son objectif est d’offrir au public des moments privilégiés avec les écrivains de la région ou venant d’ailleurs.
Cette année, il a fêté sa 6éme édition. La grande nouveauté, cette année c’est qu’il était ouvert toute la journée. Alors qu’avant, il n’ouvrait ses portes qu’à partir de l’après-midi.
Il faut aussi savoir que les Plumes Tourangelles est une association, qui travaille en partenariat avec l’association Bibliochouette. Il est donc tenu par de vrais passionnés de la littérature.
Le festival est certes petit, pas plus de vingt auteurs, mais il est très chaleureux. J’ai pu profiter de cette journée pour parler avec de nombreux collègues. J’ai donc bien profité de mon côté de l’événement.

les_plumes_tourangelle (1)

Mes livres

Je suis venue avec tous mes livres. Malheureusement, je n’ai vendu que deux de mes ouvrages. J’étais un peu triste de voir que je n’avais pas battu mon record de vente.
Les visiteurs étaient plus intrigués par mon affiche présentant ma prochaine sortie. C’est-à-dire mon livre de recettes de biscuits pour animaux d’Alter Real.
J’ai néanmoins appris quelques petits trucs et astuces par mes voisins de table, comme le fait de donner un marque-page avec son livre.
J’étais aussi très contente que mes dédicaces avec des tampons en bois aient eu du succès. Ça étonnait mes lecteurs, qui trouvaient l’idée très chouette et originale.

Mon stand

Heureusement, j’ai pu mettre tous mes livres sur mon stand. Mais j’ai dû sacrifier ma décoration en entier, car la table était trop petite. J’ai juste gardé avec moi mes caisses en bois, qui sont maintenant ma marque de fabrique.
J’ai enfin pu mettre mes petites lampes. Un plus, car elles permettaient de bien voir mes livres, qu’il fasse sombre ou non.
Par contre, je n’ai pas pu mettre toutes mes affiches, car il n’y avait pas de grilles. J’ai juste mis celle sur le livre de recettes, l’été d’un chien et le journal du petit cancrelat. Je me demande vraiment si ce ne serait pas une bonne idée d’investir dans des grilles ou des portes-affiches. Plus je fais de salons, plus cette question se pose, le problème c’est que ce support à un coût.

les_plumes_tourangelle (4)

Les rencontres

Pendant toute la journée, j’ai fait de très belles rencontres. La première, mes voisines de tables, avec la pétillante Lyly Ford et son amie, puis Karine Labbé, qui fait de très beaux livres pour enfants. Nous avons discuté toute la journée d’art, d’écriture, de livre, et même de friandises, elles étaient adorables.
J’ai aussi rencontré Li-Chin Lin, une illustratrice de bandes dessinées en résidence pour deux mois à Bléré. Au premier abord, elle était très impressionnante, mais elle s’est révélée adorable et très gentille.
J’ai aussi revu des écrivains rencontrés à Veigné. J’étais très heureuse de les revoir et qu’ils se rappellent de moi.
Au niveau des lecteurs, j’en ai croisé qui m’ont reconnue grâce aux articles de journaux, d’autres m’ont encouragée dans ma voie. Certains m’ont parlé de mes livres et futurs sortis. Bref, des visiteurs gentils, et attentionnés.

les_plumes_tourangelle (3)

Conclusion

C’est sûr l’année prochaine, je revins. J’espère y croiser mes nouveaux amis auteurs et m’en faire des nouveaux.
Un petit salon de région, peut-être, mais généreux en rencontre. Si vous êtes passionné de lecture et souhaitez passer une journée avec des écrivains, vous ne devez pas hésiter à venir. Vous y trouverez de beaux livres, des auteurs souriants et une belle ambiance.
Vivement 2018.

les_plumes_tourangelle (2)

NaNoWriMo ! C’est quoi ?

Le NaNoWriMo (National Novel Writing Month) est un défi fou, celui d’écrire pendant tout le mois de novembre un roman de 175 pages soit de 50 000 mots.
Pourquoi 50 000 mots ?
Parce qu’à l’époque de sa création, c’était le nombre de mots qui déterminé si le livre était un roman ou pas. De nos jours, cette donnée est plus fluctuante.
Pour atteindre ce but, il faut donc écrire chaque jour, certains disent même qu’il faut taper 1 667 mots aux quotidiens. Ce qui est beaucoup.
Néanmoins, le vrai objectif de ce défi n’est pas de sortir de son imprimante un roman sans défaut.
La seule chose qui compte dans le NaNoWriMo est le résultat. La quantité, au lieu de la qualité.
Bien sûr, vous ne serez pas damné de ne pas être allé jusqu’au bout, le plus important est d’avoir tenté l’aventure.
Surtout, que dans cette histoire, vous n’êtes pas seul, rien que pour 2017, plus de 400 000 personnes sont attendues, dans le monde entier. Des groupes Facebook et des forums sont mis à dispositions pour s’encourager, parler de son avancement…
En résumé, NaNoWriMo c’est en défis pour les écrivains, amateurs ou non, qui veulent écrire seul ou entouré.

NaNoWriMo (6)

À qui ça s’adresse ?

Le NaNoWriMo s’adresse avant tout :
– Aux personnes qui ont besoin de se motiver pour écrire.
– Aux personnes qui veulent avoir une excuse pour consacrer tout leur temps à l’écriture.
– Aux personnes qui se sentent souvent isolées dans leur activité d’écriture.
– Aux personnes qui ne veulent pas se mettre une trop grande pression sur les épaules (le but, c’est d’écrire, même si c’est juste, 5 000 mots.)
– Aux personnes qui veulent se mettre la pression et aiment les challenges (50 000 mots, c’est énorme.)
– Aux personnes qui ne sont pas perfectionnistes.
– Aux personnes qui ont le syndrome de la page blanche.
– Aux personnes qui veulent se lancer dans l’activité de l’écriture, mais qui n’en ont jamais eu le courage.

NaNoWriMo (2)

Son histoire !

NaNoWriMo a été créé en juillet 1999 par Chris Baty. Cette année-là, une vingtaine d’autres personnes, tous venants de la baie de San Francisco participèrent à l’événement.
Chris Baty et ses amis ont créé le NaNoWriMo « parce qu’ils voulaient écrire des romans comme les vingtenaires créent des groupes de musique ». Six sur les vingt et un participants, dont Baty, terminèrent le défi. Après 1999, NaNoWriMo fut décalé au mois de novembre pour tirer avantage du mauvais temps.

L’an 2000 fut une année de changement pour le NaNoWriMo. Il eut tout d’abord son propre site et groupe Yahoo!. C’est aussi en 2000 que les premières règles furent mises en place. Cette année, Chris Baty vérifia les romans gagnants lui-même.
C’est en 2001 que l’événement prit de l’ampleur avec 5 000 participants. Comme l’année précédente, Baty entrait manuellement chaque participant dans le système et les invitait au groupe Yahoo!. Mais il dut finalement instaurer une date limite aux inscriptions en raison du nombre de participants. Puis au vu du succès de l’événement, Chris Baty annonça que la validation officielle serait annulée en raison du nombre de gagnants, ainsi les participants durent valider leurs romans entre eux.

Vers 2002 fut mis en place un compteur de mots automatique, soulageant Chris Baty et les participants de toute validation. Ce fut le début des forums, permettant enfin aux participants de communiquer plus facilement entre eux.

En 2006, la gestion de NaNoWriMo devenant de plus en plus difficile, l’équipe fonda l’OLL (Office of Letters and Light) une organisation à but non lucratif pour coordonner ses différentes manifestations, qui ne sont financées que par des dons et des sponsors.

NaNoWriMo (4)

Participation et inscription

Pour participer au NaNoWriMo, il suffit d’aller sur nanowrimo.org.
Sur le site, vous aurez la possibilité de poster dans les forums, d’avoir une page de profil sur laquelle vous pouvez ajouter des informations vous-mêmes, un résumé et un extrait de votre roman, ainsi une image de couverture.
Vous aurez aussi à disposition un widget, que vous pouvez mettre sur votre blog ou site. Cette barre montre à vos lecteurs votre progression quotidienne.

N’oubliez pas, le défi commence à minuit le 1er novembre, heure locale, et se finit le 30 novembre à 23 h 59 min 59 s, heure locale. Attention, si vous participez, vous n’êtes pas censés écriture votre livre avant le 1er.
Sachez aussi qu’entre le 25 et le 30 novembre, vous pourrez vérifier le nombre de mots que vous avez écrit (word count) en copiant/collant votre roman dans le compteur de mots du NaNoWriMo. Si le validateur automatisé compte 50 000 mots ou plus, la barre du wordcount devient violette, et vous serez listé parmi les gagnants. Vous recevez alors une icône de gagnant, un certificat, et un accès aux « Winner Goodies ».

Pour avoir plus de détail sur l’événement, vous pouvez également aller sur le site NanoWriMo de France, qui réunit les participants français.
Bien sûr, il n’est pas interdit de publier son œuvre sur des plates-formes d’écriture en ligne, comme 404 Factory.

NaNoWriMo (1)

Tu y participes ?

Non, cette année je n’ai pas le temps. J’ai des livres à corriger, à écrire, des festivals/salons à faire. Je n’ai même pas un moment pour moi, alors pour participer au NaNoWriMo, c’est impossible. Pourtant j’aimerais beaucoup le faire. C’est dommage.
J’espère pouvoir y participer en 2018. Cette fois, je prévoirais le mois de novembre pour ce grand défi.

Vous y participez ? Ou allez-vous y participer un jour ?
Vous pouvez poster un lien vers votre roman dans les commentaires pour que je puisse le lire.

NaNoWriMo (5)

Festival Mangas sur Loire

Comme j’ai décidé de faire beaucoup de festivals pour me faire connaître, j’ai trouvé que ce serait une bonne idée de partager mon expérience dans ce domaine.
Le but, parler du festival, de mes objectifs, de mon stand, de mes rencontres, des points négatifs et positifs.
Bref, faire un compte rendu de l’événement.

Le salon

Manga-sur-loire est un festival mangas qui a lieu en Indre-et-Loire dans la ville de Montlouis-sur-Loire. Cette année, il est à sa 9éme édition et a changé de date, avant il avait lieu vers février, ce qui était trop proche du Japan Tours festival. Personnellement, c’était une très bonne idée, ça permet d’avoir deux festivals sur l’univers mangas sur deux saisons (hiver, automne). En plus, le festival a accueilli plus de monde, car les visiteurs n’avaient pas à faire le choix entre les deux.
Dans mon cas, j’avais déjà visité ce festival, pendant sa première édition, et je peux vous dire qu’il a vraiment bien évolué. On y trouve des événements, des jeux vidéo, de super stands, de la bonne nourriture. C’était une chouette journée.
C’est juste dommage que je n’ai pas pu profiter pleinement de l’événement tellement il y avait de gens. Mais je ne devrais pas m’en plaindre, car grâce à ça j’ai fait de belles rencontres.

mangas-sur-loire_2018 (1)

Mes livres

Pour ce festival, j’ai amené avec moi tous mes livres, surtout le petit dernier « le cœur d’un chat vagabond ». J’ai aussi fait l’affiche de ma prochaine sortie « Les autres Mythes ».
Sans grande surprise, peu de gens ont regardé mes œuvres, ils étaient là avant tout pour les goodies et les événements, pas pour lire.
Toutefois, j’ai réussi à vendre 3 livres, dont un à une petite licorne qui n’a pas arrêté de tourner autour d’un de mes livres, j’espère qu’elle le savoure en ce moment même.
Certes, ce n’est pas beaucoup, mais j’ai quand même battu mon record. C’est déjà pas mal pour mon troisième festival, j’en suis très satisfaite.
Mais le plus grand choc a été au niveau de ma BD Underclear, qui s’inspire de l’univers Undertale. Plus de 40 personnes (j’ai arrêté de compter à un moment) l’ont lu, j’ai donné à chaque lecteur une carte et j’en ai vu les retombées le dimanche même. Je suis très heureuse de voir que mon coup de crayon plaît autant, ainsi que l’histoire.
Je remercie encore ces lecteurs d’avoir posé leurs regards sur cette petite BD.

Mon stand


Pour mon stand, j’avais demandé deux tables, une pour mes livres, l’autre pour mes créations.
Encore une fois, j’ai changé la disposition de mes livres. Même si j’avais plus d’espace, mais je n’ai pas réussi à mettre toute ma décoration.
Je trouve dommage de n’avoir pas reçu mes lampes pour éclairer mes livres, ça aurait sûrement donné une autre ambiance.

mangas-sur-loire_2018 (8)

Sinon au niveau de mes créations, elles se sont bien vendues surtout mes peluches, ce qui m’a beaucoup surprise. De nombreuses personnes m’ont demandé si je faisais des peluches Undertale à cause de ma BD Underclear. J’ai dû répondre que oui, mais seulement pour moi. J’étais triste de voir ces visages déçus. Surtout qu’en tant que, fan de la licence, je sais que trouver des goodies, en France, est très durs. Donc promis, l’année prochaine je reviens avec des peluches d’Undertale.

Les rencontres

Quand on parle festival, on parle rencontre. J’en ai fait beaucoup, que ce soit au niveau de mes voisins de stands, avec Aurelie lecloux illustratrice, Alexandrine Bompard illustratrice et aussi, les créateurs de Pix’l’and .
Ou au niveau des visiteurs. J’ai ainsi croisé un magnifique Cosplay de Napstablook, son créateur se nommait Finding Oceanya. Il est aussi le dessinateur d’une BD sur Undertale, je vous conseille de la lire. Attention, tout de même, il y a des scènes qui peuvent choquer les plus jeunes. Je vous aurais averti. J’espère vraiment pouvoir voir sa BD en papier pour me la procurer. Les BD sur Undertale en France sont tellement rares, en plus ces dessins sont magnifiques.
Vous vous en doutez, j’ai croisé beaucoup de fans d’Undertale, dont une personne qui m’a avoué suivre Underclear depuis ses débuts, ce qui m’a fait énormément plaisir.
J’ai également eu la chance de parler avec des fans de Dark souls et de Fallout, des vrais passionnés. Ainsi qu’une écrivaine débutante qui m’a parlé de sa peur de se lancer dans l’aventure.
Bref, j’ai fait de belles rencontres, en espérant les revoir l’année prochaine.

mangas-sur-loire_2018 (5)

Video

Voici une petite vidéo qui récapitule le festival.

Conclusion

Une chose est sûre, l’année prochaine j’y retourne, pour le moment il fait partis de mes meilleurs festivals. J’ai adoré l’ambiance, les événements, les gens. Tout était super, il y a juste deux, trois choses à régler au niveau du son. Mais sinon c’était parfait.
Si vous ne connaissiez pas ce festival, il faut absolument venir pour 2018, surtout qu’il fête ses 10 ans, et j’ai entendu dire que, cette année-là, il va être encore plus grand.
J’ai hâte d’y être.

mangas-sur-loire_2018 (4)

Faire connaître ses livres : Les chroniqueurs

Vous l’avez sûrement entendu mainte et mainte fois : « C’est compliqué d’être publié. » Pourtant, il arrive que certains passent cette étape avec brios, sans se douter de la suite. Car, après la signature du contrat, la naissance du livre, il reste qu’il faut le vendre et surtout le faire connaître.
Une étape dans la carrière d’un auteur qu’il ne faut pas prendre à la légère.
Vous me direz, « normalement le livre se vend seul ou grâce à l’éditeur ». Oui, si l’on parle de grandes maisons d’éditeur. Mais les petites maisons d’édition où les autoéditer, comment font-ils ?

Vous l’aurez compris, le but de cette rubrique est de réunir les articles ayant pour objectif de vous aider à faire connaître vos livres. Le sujet étant large, il sera découpé en plusieurs articles pertinents.
Le premier « Faire connaître son livre » sera donc sur « les chroniqueurs. »

chroniqueur (2)

Un chroniqueur, c’est quoi ?

Un chroniqueur littéraire est une personne, qui lit et présente un livre sur différents supports, que ce soit sur un blog, dans se cas on parle de blogueurs littéraires, les réseaux sociaux (Facebook, Twitter…), des plates-formes spécialisées (Babelio, simplement…) ou encore des magazines/journaux.
Le but de ces chroniqueurs est de présenter un livre qu’ils ont aimé à leurs lecteurs, mais aussi de parler de l’auteur. Ainsi, certains chroniqueurs agrémentent leur article avec l’interview de l’auteur, pour le rapprocher de ses futurs lecteurs.

Pour faire connaître ses livres sur internet, il est recommandé de côtoyer des blogueurs littéraires, qui ont une influence importante dans le monde actuel de la littérature. Maintenant, tout le monde lit les commentaires ou les avis avant d’acheter un objet sur internet. C’est aussi le cas pour les livres.
On peut voir les chroniqueurs comme un service de presse gratuit et très humain, car ils sont aussi proches de leurs lecteurs que des auteurs qu’ils présentent.

chroniqueur (1)

Les choses à savoir

Avant de se lancer dans la quête d’une chronique, il y a plusieurs petites choses à savoir, pour que l’expérience se passe bien :

Renseignez-vous : il faut vérifier que la personne à qui vous allez confier votre livre est une personne qui s’intéresse vraiment aux auteurs, et pas seulement, à avoir des livres gratuits. J’ai déjà envoyé mes livres à des, soi-disant, blogueurs littéraires sans avoir l’article convenu.

Les goûts : il faut bien vérifier les goûts en matière de livres du chroniqueur visé. S’il ne lit que des livres fantastiques, pas besoin de lui envoyer un polar.

La popularité : si vous voulez faire connaître votre livre, il faut toucher le plus de personnes possible. Il est donc important de vérifier la popularité du chroniqueur visé via Google ou par rapport à son nombre de visiteurs. Bien sûr, si vous débutez, il faut mieux pendre des chroniqueurs moins influant, qui prendront le temps de jeter un coup d’œil à votre œuvre.

Le contact : avant d’envoyer directement votre livre aux chroniqueurs, prenez le temps de le contacter, pour présenter votre oeuvre. Pensez également à joindre à votre courrier les premières pages de votre ouvrage. Si le style ne plaît pas au chroniqueur et qu’il ne veut pas faire un article négatif, vous n’aurez perdu ni un livre ni un timbre.

Le PDF : Certains chroniqueurs préfèrent le papier, d’autres ne sont pas gênés par les PDF. Autant en profiter pour faire des économies, en proposant votre livre en PDF, ou en Epub. C’est simple, écologique et gratuit.

chroniqueur (6)

Où trouver un chroniqueur ?

Le blog à blog

Il n’existe pas, à ce jour, de site qui propose une liste de tous les blogueurs littéraires. Donc le meilleur moyen est de faire du blog à blog, en cherchant grâce à Google.
Vous pouvez profiter de l’occasion pour vous renseigner sur le chroniqueur et lire ses autres articles.
Mais attention de bien vérifier que le blog est encore actif, et pas à l’abandon.
C’est aussi très dur de savoir si le chroniqueur est quelqu’un de confiance. Mais ça peut apporter son lot de belles rencontres.

Les groupes Facebook

Sur Facebook, ils existent beaucoup de groupes qui réunissent des chroniqueurs. Il suffit de s’inscrire, de présenter votre livre en précisant que vous êtes en quête de chroniqueurs pour recevoir rapidement une réponse.
Attention, tout de même au groupe qui profite des naïfs auteurs pour recevoir un livre gratuit avant de disparaître dans la nature. Mais ces cas restent très rares. Les groupes sont souvent modérés par des personnes sérieuses et passionnés de lecture.
C’est aussi un bon endroit pour trouver des bêta lecteurs.

Une petite liste de groupes Facebook :
www.facebook.com/groups/1688845881392965
www.facebook.com/groups/726228047418480
www.facebook.com/groups/449425348445941
www.facebook.com/groups/223806387953012
www.facebook.com/groups/Romansdemarlene
www.facebook.com/groups/333087993431156

chroniqueur (3)

Les sites spécialisés

Il existe quelques plates-formes spécialisées dans la littérature, où toute une communauté poste avec enthousiasme leurs avis négatifs ou positifs sur un livre.
Ce genre de site va de pair avec les blogueurs littéraires, qui postent souvent en même temps leur chronique sur ces plates-formes et leur blog.
Il arrive aussi que ces plates-formes mettent en avant des auteurs sur leur page d’accueil, ce qui permet une bonne visibilité.

Une petite liste de plates-formes littéraire :
www.babelio.com
www.lecteurs.com
www.libfly.com
www.myboox.fr
www.senscritique.com
www.livraddict.com
www.lecteurs.com

chroniqueur (4)

Simplement

Simplement est un site tout neuf qui vient d’apparaître, il offre un service presse innovant et gratuit, celui de communiquer directement avec une communauté de chroniqueur, d’auteur et d’éditeur. Plus besoin de faire du porte-à-porte, et de faire des recherches, vous avez tout sous la main.
Rien de plus simple, vous vous inscrivez en tant qu’auteur, vous mettez en ligne la présentation de vos livres, en choisissant s’ils seront envoyés en version papier ou numérique.
Puis, vous aurez deux options, parcourir la liste des chroniqueurs et faire votre choix ou attendre des candidatures.
Dans les deux cas, vous pourrez vérifier rapidement la réputation du chroniqueur, ses autres chroniques, et dans quel support il fait ses articles. Vous suivrez aussi l’évolution de la chronique, si le livre est lu, l’article posté… En retour, vous devrez évaluer la collaboration qui peut augmenter le score de confiance du chroniqueur.

J’ai testé ce service en tant qu’auteur et je le recommande chaudement. Il est de qualité, simple, et surtout permets de faire de belles rencontres. On n’a pas besoin d’attendre des semaines pour une réponse et c’est vraiment facile de trouver des chroniqueurs selon le genre de notre livre. En plus, la messagerie privée permet de créer des liens avec le chroniqueur, pouvant en faire un partenaire pour de futures chroniques.
Un service qu’il n’existait pas avant et on se demande pourquoi.