Menu Fermer

Alter Reality Chap.7 : Appétit Jurassic p.2

Voici le chapitre 7 du tome 1 de mon Light Novel Alter Reality.
Toutes les deux semaines, un chapitre sera posté. N’hésitez pas à donner votre avis.

Vous pouvez lire les chapitres précédents ici :
Chapitre 1 – Catastrophe p.1
Chapitre 2 – Catastrophe p.2
Chapitre 3 – Rescapé p.1
Chapitre 4 – Rescapé p.2
Chapitre 5 – Rescapé p.3
Chapitre 6 – Appétit Jurassic p.1

Je fus surprise de constater que Vick et moi n’étions pas les premiers arrivés au point de rendez-vous. L’homme au bonnet kaki et une femme aux cheveux ébène nous attendaient. À notre arrivée, ils sourirent tous les deux. Sur le moment, je ne savais pas comment entamer la conversation, préférant juste leur renvoyer une expression amicale.

Quant aux autres, ils ne prirent pas longtemps à apparaître. De brèves salutations furent échangées, mais pas de vraies présentations. Pour la plupart je ne savais même pas leur nom. Je me demandais comment je pourrais gagner leur confiance. C’était important de le faire, d’autant plus que j’allais peut-être combattre à leur côté.

En tête de file, je me mis à réfléchir à différents scénarios pour entamer un début de discussion. Vick n’était pas d’une grande aide, il observait avec une grande attention le paysage, cherchant sûrement une créature.

J’allais désespérer quand une main se posa sur mon épaule. Étonnée, je me retournai pour voir l’homme au bonnet, ses yeux gris me fixaient gentiment.

— Kate ? Je m’appelle Alex, je voulais m’excuser pour tout à l’heure.

Je le regardai, confuse. Que voulait-il dire par tout à l’heure ?

Je réfléchis deux secondes et repensai à son intervention lors de la réunion, quand il avait parlé des secours.

— Ah oui ! Ce n’est rien… En fait, je voudrais savoir. Vous m’avez testé, non ?

Ses yeux devinrent ronds comme des billes, puis il laissa échapper un rire maladroit.

— Ça s’est vu alors ? Je suis vraiment désolé. Mais je devais faire ça pour que les gens soient plus confiants.

Je souris.

— Vous savez Alex. Je ne cherche pas à devenir un leadeur, ou quoi que ce soit dans cette trempe.

Il baissa les yeux pendant une seconde.

— Je vois. Pourtant vos paroles ont rassuré beaucoup de personnes.

Je rigolai, gênée.

— Pour le moment, je veux juste survivre.

— Je comprends. J’espère que l’on va bien s’entendre.

Il me proposa sa main, que je serrai.

— Moi aussi.

— Au moindre problème, appelez-moi.

J’acquiesçai à son offre et il sourit de nouveau. Ce jeune homme avait vraiment un visage étincelant de gentillesse. Il dégageait aussi quelque chose de rassurant, comme l’aura d’un grand frère.

Je profitai de l’occasion pour le regarder de plus près. Il avait un visage carré, mais avec des traits doux. Il était plutôt bien bâti. Vu sa carrure, il devait être un grand sportif ou un coach.

— Vous pouvez aussi compter sur moi.

Je sentis dans mon dos une petite tape. Je me retournai pour voir un homme aux cheveux bruns coiffé d’une petite tresse au niveau de l’oreille gauche. Il avait aussi un visage carré, mais avec une barbe de deux jours, le rendant très viril. À sa proposition, je souris maladroitement.

— Merci…

Il me montra un visage surpris, comprenant que son geste était peut-être mal convenu.

— Je suis désolé de m’immiscer dans la conversation. Je m’appelle Daniel. Comme je l’ai dit, si vous avez besoin d’aide, je serais là.

Daniel semblait être quelqu’un de très gentil. Je souris à sa proposition.

Ça faisait vraiment du bien de savoir que j’avais des alliés au sein du groupe. Personnellement, j’espère que le commandement irait à Alex ou Daniel.

Alex avait l’air de savoir se battre et d’avoir un esprit vif. Quant à Daniel, il savait sûrement se défendre au même titre qu’Alex vu sa musculature. Daniel avait également un certain charme, il avait réussi à me mettre en confiance avec quelques mots.

— À moi ! À moi, maintenant !

Une femme aux cheveux noirs et au sourire malicieux apparu devant moi, elle agitait énergiquement la main. Je la regardais perplexe devant tant de dynamisme.

— Oui ?

— Salut, je m’appelle Debora, 25 ans, toujours célibataire. Heureuse d’être ici. Ah oui ! Tu peux me tutoyer.

Entre-temps, elle prit mes deux mains et les secouant vigoureusement. Sur le moment, je ne savais pas quoi dire, souriant bêtement. Debora n’avait pas l’air de faire son âge avec toute cette énergie.

Elle était vraiment belle. Des cheveux noirs courts, des yeux émeraude, un joli visage. Par contre, son accoutrement était très sexy. Il épousait bien ses formes généreuses. Personnellement, je n’aurais jamais osé porter un pantalon noir en similicuir ni un blouson gris foncé ouvert au niveau de la poitrine.

J’avais vraiment l’impression de faire pâle figure face à elle. Elle était très lumineuse. Je ne sais pas pourquoi, mais je me suis tout de suite dit que je pourrais devenir amie avec elle.

— Soyons solidaires dans ce groupe d’homme, d’accord.

Les yeux étincelant d’excitation, elle attendait une réponse de ma part.

— Oui…

— Super !

Elle leva les bras en l’air, comme si elle avait gagné un prix. Puis elle se tourna vers Vick et lui tapota dynamiquement l’épaule, au point qu’il vacillait.

— Eh ! C’est quoi, ton petit nom à toi ?

Mon frère paru perdu par cette soudaine question.

— Hmmm… Vick, je suis son frère.

À cette phrase, il pointa un doigt vers moi.

— Je vois… Je vois…

Elle paraissait satisfaite de la réponse, et se tourna vers Jim, les yeux brillants comme un chat chassant une proie.

— Jim ! Je suis Jim !

Devant ce regard, Jim tremblait, répondant sur le coup. Debora n’avait même pas eu le temps d’intervenir. Elle sourit de toutes ses dents, pour finir par interpeler le dernier survivant du groupe.

— Hé ! Beau blond, c’est quoi ton nom ?

À ces mots, l’homme fronça des sourcils derrière ses lunettes et détourna son visage, ignorant Debora. À son geste désagréable, je me mis à son niveau.

— Peut-on savoir votre nom ? C’est normal de se présenter vu que l’on va se côtoyer un moment.

L’homme fit claquer sa langue et me regarda froidement.

— William… Pour ta gouverne, je n’ai pas choisi d’être ici de mon plein gré.

Je me souvins de son visage, il était là, lors de la réunion. Sur le coup, ses beaux traits, presque féminins, ses yeux bleus, me parurent très laids. Son comportement était détestable. Je voyais bien qu’il nous regardait de haut.

Peut-être se croyait-il le plus intelligent du groupe avec sa veste de scientifique blanche ?

Mais pour ma part, il avait l’air juste d’un homme stupide et hautain.

— Si tu n’es pas content d’être là, tu peux partir, tu sais.

Je ne suis clairement pas la seule à avoir pensé du mal de lui. Rapidement, Vick lui fit une réflexion piquante. William ne parut pas étonné.

— Alors que vous avez clairement besoin de moi.

À ces mots, William montra un Altereur blanc, et il offrit à Vick un sourire superficiel. Quant à mon frère, il afficha une expression amusée.

— Oh ! Mais tu sais tu peux donner ton Altereur à quelqu’un de plus utile que toi. Des personnes dans ton style sont juste bonnes à jouer au boulet.

J’entendis quelques gloussements, je crois que Vick avait fait mouche. William lui ne rigolait pas, une ride apparut entre ses sourcils tant il était contrarié. Voyant qu’une bataille verbale allait bientôt exploser, j’agrippai mon frère par le bras le ramenant vers moi. Je lui chuchotai alors à l’oreille.

— Vick arrête. J’ai l’habitude avec toi, mais certaines personnes ne sont pas aussi clémentes que moi. Ce n’est pas le moment de se faire des ennemis.

Choqué par ma demande, Vick marmonna quelques mots et s’avança. Je soupirai, heureusement j’avais évité le pire.

Je saluai William, qui afficha un sourire victorieux. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai eu une subite envie de le gifler. Je rejoignis Vick rapidement, pour m’empêcher de faire quelque chose d’inexcusable.

Sur le chemin, nous croisâmes des zombies semblables à ceux d’hier. Ils n’étaient pas très nombreux et plutôt dispersés. Ce qui était une aubaine pour notre petit groupe. Seuls Vick et moi avons combattu pour éviter de fatiguer tout le monde, mais aussi, car nous avions déjà eu affaire à eux.

Personne ne parut terrifié en face de ces monstres, ce qui était une bonne chose. Je m’imaginais mal gérer ces créatures avec des combattants criants et pleurants de peur.

Une petite chose me troubla. Bizarrement le nombre de monstres, que nous rencontrions, était relativement bas. J’en avais croisé le double hier. J’aimerais bien savoir où ils étaient passés.

Avaient-ils fui la ville ? Se cachaient-ils ? Étaient-ils morts ?

Si seulement ça pouvait être le cas.

Alors que je réfléchissais, nous étions enfin arrivés à destination. Je vérifiai l’état du centre commercial.

Cet endroit n’avait rien à voir avec les bâtiments américains à plusieurs étages. Ils y avaient des magasins, mais ils étaient tous alignés côte à côte. Le seul endroit où les visiteurs pouvaient se relaxer était un petit jardin se trouvant au centre de la rue piétonne.

Des murs en pierres, quelques poutres en bois apparentes, des fenêtres en fer forgé, tout ici rappelait les vestiges de l’ancienne ville. C’est d’ailleurs pour ça qu’on appelait cette zone le vieux quartier. La banque en faisait partie, d’où son architecture dépassée.

La seule pointe de modernité était un dôme en verre qui recouvrait l’ensemble de la rue commercial, permettant de rester au sec et au frais toute l’année.

Malheureusement, à cause de l’attaque, certaines façades étaient en ruine ou écroulés. Par endroits, le dôme avait même plusieurs trous.

Je ne sais pas quelles créatures avaient fait ça, mais vu la hauteur du plafond, elles étaient soit très grandes, soit elles volaient. J’espérais qu’elles n’avaient pas fait leur nid juste à côté.

— Bon d’après ce que je vois certains magasins sont inaccessibles. Vu la taille du centre commercial et la route de retour à faire, pensez à prendre des sacs ou des caddies pour transporter la marchandise.

Alex leva la main, attendant sagement.

— Oui ?

— Je voudrais savoir ce qui est prioritaire.

Je souris doucement.

— Je pense que ce serait la nourriture et l’eau.

Alex acquiesça, puis d’un coup frappa dans ces mains pour attirer notre attention.

— Comme la dit Kate, nous prenons ce qui est directement consommable et en petite quantité, par contre il faut se jeter sur les boîtes de conserve. Nous ne savons pas combien de temps on va rester ici. D’accord ? Sinon il faudrait prendre le nécessaire pour survivre, comme des sacs de couchage, des briquets, ou des médicaments. Bref tout ce qui va rendre notre séjour plus agréable.

Tout le monde hocha la tête, sauf William qui se contenta de fixer le vide.

— La rue n’est pas très grande, donc on se disperse. Criez aux moindres dangers, mais évitez tout de même de faire trop de bruit. Il y a peut-être des créatures aux alentours.

Alex emprunta aussitôt l’entrée principale. Je vis Vick me dépasser, alors que les autres prenaient des caddies. Surprise, je courus après mon frère. Je le rattrapai quand il s’arrêta devant un magasin vide.

— Mince, c’était le moment de faire faillite.

Vick secoua sa chevelure avec sa main. Agacé, il grimaça.

— Un problème ?

Vick se tourna vers moi et soupira.

— Rien de grave. Je croyais que je pourrais trouver des cartouches et des consoles. Mais le magasin a fermé.

— Tu sais que même s’il était encore là, sans électricité…

Vick leva les yeux au ciel.

— Je sais ! Je sais ! Mais dans le doute. Plus tard ça aurait pu nous servir et avoir le choix au niveau des armes aurait été utile.

Je tapotai son épaule, et lui lançai un regard compatissant.

— Je comprends. Mais pour l’instant, va chercher à manger. Moi, je m’occupe des médicaments.

Vick sourit timidement.

— Oui, ce serait le comble de mourir de faim ou d’une égratignure.

Je rigolai et laissai Vick derrière moi. Maintenant, direction la pharmacie, elle se trouvait à plusieurs mètres, après une dizaine de magasins.

Il ne fallut pas longtemps pour voir la croix verte indiquant son emplacement. Arrivée devant la vitrine, je vis que l’entrée était complètement obstruée par des gravats. Le magasin d’à côté s’était à moitié écroulé, fermant tout accès à la pharmacie.

Agacée, je me mis à chercher une entrée sur le côté. Mais le mur qui séparait les deux boutiques n’avait pas été ébranlé. Ce qui voulait dire que l’intérieur de la pharmacie était peut-être encore intact. De l’autre côté de ces pierres, se trouvait de quoi nous soigner. Mais je ne pouvais pas atteindre ce trésor. Pour l’instant, il faudra survivre sans soins médicaux.

Je mis mes deux mains sur le côté de ma bouche et pris une grande inspiration.

— La pharmacie est HS. Si quelqu’un trouve des médicaments, dites-le-moi.

Je sais qu’on avait dit de faire le moins de bruit possible. Mais n’ayant aucun moyen de communication, il fallait que j’avertisse les autres.

Je tendis l’oreille, entendant au loin l’écho de réponse. C’est bon, tout le monde m’avait entendue. Je n’avais plus qu’à faire une autre course.

— Hé… Hé… Au… On… là !!

Je me figeai. Il me semblait avoir entendu une voix. Je me retournai vers le tas de pierres et j’ouvris grand les yeux. Quelqu’un était dans la pharmacie. J’en étais sûre, j’avais entendu quelqu’un.

— Ohhh ! Il y a quelqu’un !! Répondez-moi !

Je hurlai quitte à me casser la voix. Puis je m’arrêtai brusquement, attendant une réponse.

— Ici… On est… Là… Derrière…

Comme j’étais plus attentive, je remarquai que la réponse était un mélange de nombreuse voix. Il y avait plusieurs survivants. Paniquée, je cherchai quoi faire.

La première chose qui me vint à l’esprit était de les avertir que j’allais les aider. Il fallait également que je réunisse les autres pour déblayer le chemin.

— Écoutez. Je vais vous aider, attendez quelques minutes. Je vais chercher d’autres personnes.

— Ok… D’accord… Ok…

Aussitôt, je criai à plein poumon au milieu de la rue. Rapidement, Vick arriva avec un visage troublé, suivis de Debora et d’Alex. William, Daniel et Jim arrivèrent de l’autre côté.

Essoufflé, Vick me regarda, cherchant à comprendre mon cri soudain.

— Qu’est-ce qui se passe ? Tu es attaqué ?

— Non ! Ça va ! Le problème, c’est ça !

Je pointai les pierres, Vick et les autres montrèrent un visage confus.

— Il y a des gens prisonniers dans le magasin.

Tout le monde fut étonné.

— Tu es sérieuse ?

Daniel me regarda avec un visage posé. Je hochai la tête.

— Ok, il va falloir faire vite alors ! Tout le monde va aider. On va bouger les pierres une par une.

Tout le groupe laissa en plan leurs provisions, préférant aider. En un rien de temps, le tas de pierres se retrouva de l’autre côté de la chaussée. Il ne restait que quelques-unes qui obstruaient l’entrée.

Nous savions que nous touchions au but, quand nous vîmes une main sortir d’un trou.

— On est là… Vous nous entendez mieux ?

La première chose que je fis, c’est de me rapprocher du trou.

— Oui, on vous entend. Éloignez-vous le plus possible, on va enlever les dernières pierres.

La main leva le pouce en l’air et disparut dans les ténèbres. Le cœur rempli d’excitation, nous nous pressâmes de retirer les derniers obstacles. Rapidement, le dessus de la porte fut dégagé. Daniel grâce à sa grande taille put y jeter un coup d’œil. Il se retourna ensuite vers nous, avec une expression troublée.

— Bon ! Bonne et mauvaise nouvelle.

Anxieuse, je le regardai, m’imaginant le pire.

Il y avait des monstres ? Des blessées ? Des morts ?

— Ils sont quatre et ils ont l’air en bonne santé. Le problème, c’est qu’il va falloir tout déblayer avant de les faire sortir de là.

Je le regardai perplexe. C’est alors que Vick m’ôta les mots de la bouche.

— Ils ne peuvent pas passer par-dessus ?

Daniel sourit maladroitement et jeta un coup d’œil en arrière.

— Il y a quelqu’un en fauteuil roulant là derrière.

Tout le groupe laissa échapper un hoquet de surprise. La situation était claire, nous allions transpirer encore un moment. Il était hors de question de laisser quelqu’un derrière nous.

Je pris une des pierres et la jetai sur le tas de gravats. Les autres firent de même.

À la fin, nous étions épuisés et en sueur. Mais, nous fûmes récompensées par des sourires chaleureux. L’entrée était complètement nettoyée.

Je rentrai dans la pharmacie pour vérifier l’état de tout le monde.

— Ça va ? Je m’appelle Kate. Voici Vick, Debora, William, Jim, Alex et Daniel.

Calmement, je présentais le groupe un à un. Les survivants nous regardâmes les yeux remplis de gratitude. Je vis même une des femmes pleurer de soulagement.

— Comment vous êtes-vous retrouvé là ?

Une femme en blouse bleue se rapprocha de moi.

— Lors de l’attaque, mes clients et moi, nous nous sommes retrouvés emprisonnés ici. Soudainement, le mur s’est écroulé. On a entendu des hurlements et des explosions. On a bien sûr attendu les secours. Mais personne n’est venu. C’était quoi ? Une attaque terroriste ? Où est la police ?

À ces questions, tout le monde se regarda et baissa les yeux. Ces gens n’étaient pas au courant de l’état actuel de la ville. Comment allait-il réagir en voyant l’extérieur ?

— C’est une histoire compliquée… Mais avant, essayez de vous calmer, d’accord ?

Quatre paires de yeux me regardèrent, confuse. Entre-temps, je me tournai vers les autres.

— Le temps que je leur parle, allez chercher la nourriture que vous avez réunie. On part d’ici dès que vous êtes tous revenu.

Le groupe acquiesça et se dispersa. Je soupirai et me tournai vers les autres survivants.

— Pour le moment, sortons de ce magasin.

Je jetai un coup d’œil vers l’homme en fauteuil roulant. Il avait l’air d’avoir dans la trentaine. Son visage était fin et délicat. De dos, on pourrait presque le confondre avec une femme, surtout à cause de ses longs cheveux blonds.

Je voyais bien qu’il avait du mal à bouger, je lui proposai ainsi mon aide.

— Vous voulez que je vous aide à avancer ?

Il me fixa avec ses doux yeux bleus et me sourit.

— Merci. Je suis désolé. Normalement, je me débrouille tout seul. Mais ce fauteuil a décidé de tomber en panne.

C’était rare de voir une personne handicapée avec un fauteuil roulant qui ne soit pas électrique. Actuellement, tous les appareils étaient créés pour être les plus fonctionnels possible et à la porter de tous. Ce n’était donc pas étonnant qu’il ne sache pas trop se déplacer librement sans l’aide du moteur. En plus, les quelques morceaux de pierres qui tapissaient le sol n’aidaient pas non plus.

— Merci. Au fait, je m’appelle Jimmy.

Enfin dehors, Jimmy me tendit la main que je serrai. Puis, je constatai que les autres n’étaient toujours pas de retour.

— Bon, je crois qu’on va avoir un moment pour discuter.

Je leur expliquai toute l’histoire. Au fur et à mesure de mon récit, ils devinrent troublés et effrayés.

— Je… Je suis désolée…

Gênée, je m’excusai en baissant les yeux.

— Pas besoin de ça. Ce n’est pas de votre faute. Vous nous avez même sauvés.

Un homme aux cheveux brun très court me sourit maladroitement. Je remarquai qu’il tenait fermement la main d’une des survivantes, qui retenait ses larmes. Il devait être en couple. Au moins, ils étaient ensemble pour surmonter cette épreuve.

— Vous savez ce qui a causé ça ? Avez-vous eu…

— Ehhhh

Alors que Jimmy me parlait avec une expression sérieuse, il fut interrompu par un cri au loin. Je me tournai, voyant Debora courir, à ses côtés se trouvait un jeune garçon aux cheveux noirs en bataille. Surprise, je m’avançai vers elle.

— Debora ? C’est…

Debora m’offrit un sourire victorieux.

— J’ai trouvé ce petit garçon. Il était recroquevillé, attendant sagement derrière le comptoir d’une boutique de chaussures.

Je n’osai pas lui demander ce qu’elle cherchait dans ce magasin, préférant me pencher vers le jeune garçon. Il ne devait pas avoir plus de dix ans. Ses yeux verts pétillaient d’excitation. Il n’avait pas l’air effrayé par la situation, ce qui me parut bizarre.

— Tu t’appelles ?

— Tam ! Debora m’a tout expliqué. Les monstres qui sont sortis de jeux vidéo… Le monde en apocalypse…

Tam sourit de plus en plus à chaque mot, comme s’il se forçait.

— Tu étais seul ici ? Pas de parent ? D’amis ?

À cette question, Tam se figea, ses yeux tombèrent et il ne dit rien. J’en concluais qu’il y avait bien eu des gens avec lui. Mais il ne semblait pas vouloir en parler. J’aurais bien voulu en savoir plus. Mais je ne continuai pas mon interrogatoire, de peur qu’il ne se braque. Je lui demanderais plus tard, quand il aura fait le tri dans sa tête.

Je regardai amicalement Debora.

— Bon travail !

Contente du compliment, Debora fit le signe de la victoire. Juste après, le reste du groupe nous rejoignit. Au total, nous avions cinq personnes, en plus, des sacs et des caddies remplies de provisions. Cette journée avait été fructueuse. Il ne restait plus qu’à rentrer à la base.

Vous aimerez peut-étre...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.